Blog

Les bains municipaux de Strasbourg

C'est l'heure de la fermeture.

Nous prenons possession des lieux.

Chacun dans son coin construit sa série.

Comme un insecte volant dans l'obscurité,

Voilà que je suis attiré par la lumière artificielle.

Ses couleurs, ses reflets dans les différentes surfaces.

Je la traque, l'observe, m'en approche jusqu'à me brûler la rétine.

Quelle sensation étrange d'être ici,

On dirait un lieu abandonné,

Un lieu d'un autre temps.